SATIROLOGIE

Groupe de Recherche sur la polémique, le pamphlet et la satire

SATIROLOGIE - Groupe de Recherche sur la polémique, le pamphlet et la satire

Exposition « Enfer ou paradis: aux sources de la caricature », Genève, Musée International de la Réforme, 16/10/13-16/02/14

Exposition MIR 16 octobre-16 février

Exposition MIR 16 octobre-16 février

La caricature destinée à ridiculiser certains défauts de l’Eglise existe depuis des siècles : le Moyen Age, avec son goût pour le monstrueux, en a donné des exemples fameux en particulier dans les manuscrits enluminés. Si ces images ont été, la plupart du temps, destinées à faire rire ou sourire, ces traits satiriques ont pris un tour de plus en plus humiliant, blessant voire dévastateur au moment des guerres de religion qui ont mis l’Europe à feu et à sang au 16e siècle. Gravures, feuilles volantes, médailles, objets de toutes sortes servent en effet alors de support à la satire parfois grossière, agressive voire scatologique, excitant les luttes violentes qui éclatent de toutes parts. L’exposition Enfer ou paradis : aux sources de la caricature (16e-18e siècles) vous permettra de découvrir ces objets venant de Genève, de la Suisse et de toute l’Europe dont certains seront exposés pour la première fois au public, au travers d’un étonnant parcours qui vous conduira de l’enfer… au paradis !

Après une introduction consacrée à la satire au Moyen Age, vous traverserez différentes salles qui vous familiariseront avec le langage utilisé par les deux camps, catholiques et protestants, pour prouver la supériorité de leurs doctrines. La première partie présentera l’image à la fois comme arme et comme cible, en abordant les questions de son adoration et de sa destruction. La deuxième partie montrera comment la propagande protestante met en cause les fondements du catholicisme. La troisième partie touchera au sens moderne de la caricature puisqu’on pourra désormais reconnaître les personnages ridiculisés.L’exposition se clôt sur les appels à la réconciliation religieuse tels qu’on peut en trouver au début du 18e siècle. Dans la ligne d’un musée qui présente de façon attractive une histoire propre à éclairer le présent, cette exposition permettra de comprendre des enjeux essentiels, à l’heure où, par des résurgences que l’on croyait dépassées, conflits religieux et politiques se retrouvent liés à de nouveaux essais satiriques en images.

URL de référence: http://www.musee-reforme.ch/fr/exposition/

The Saint-Aubin “Livre de caricatures” : drawing satire in eighteenth-century Paris, sous la direction de Colin Jones, Juliet Carey et Emily Richardson.

Oxford : Voltaire Foundation, coll. « SVEC », 2012.

482 p.

Prix : £70 / €90 / $120

EAN : 9780729410441.
Présentation de l’éditeur :

Among the less known treasures in the collections at Waddesdon Manor, the Livre de caricatures tant bonnes que mauvaises is a remarkable work. This collection of comic and satirical drawings was created by a Parisian luxury embroiderer, Charles-Germain de Saint-Aubin, at a time of rigid press censorship to entertain a small group of family and friends. For today’s reader the Livre provides not only a series of richly imaginative and varied drawings, but also a fascinating and intriguing commentary on pre-Revolutionary Paris.

In this first comprehensive study of the Livre de caricatures, which includes over 190 illustrations, an international team of scholars investigates the motivations and operations behind the making of the book, and the many facets of Parisian life that it illuminates.

URL de référence: http://xserve.volt.ox.ac.uk/VFcatalogue/details.php?recid=6524

L’injure en politique : de tout temps ?, Concordance des temps, Jean-Noël Jeanneney, France Culture, 3 mars 2012, 10h.

Les historiens sont souvent invités, par les temps qui courent, à resituer les émotions de la campagne présidentielle actuelle dans la longue durée de notre histoire politique, et cela vaut en particulier pour la tonalité des affrontements. Ceux-ci étant souvent virulents, on tend parfois à penser que les agressions verbales sont aujourd’hui d’une violence sans précédents. C’est évidemment à voir de plus près.

Nous allons donc considérer ce matin ce qu’ont été les injures en politique au cours des deux siècles qui ont précédé le nôtre. Thomas Bouchet, mon invité, chercheur en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, a travaillé sur ce thème et publié un livre qui s’intitule, il fallait s’y attendre, « Noms d’oiseaux ».

Esope le fabuliste nous a averti, voilà bien longtemps, au sixième siècle avant Jésus Christ que « les injures que nous infligeons et celles que nous subissons se pèsent rarement à la même balance ». C’est bien ce qui rend difficile l’appréciation du poids des insultes en chaque occurrence historique, et l’interprétation de leur portée, de ce qu’elles ont à nous dire sur la nature des combats dans le forum et sur leur efficacité plus ou moins cathartiques.

Cristallisent-elles significativement des rivalités et des haines, remplacent-elles ou nourrissent-elles les brutalités physiques, renseignent-elles sur des équilibres ou sur des déséquilibres sociaux ? De belles questions en somme à propos des dévergondages de la passion et des dérapages du sang-froid. Jean-Noël Jeanneney

Cette émission a été enregistrée le 23 février 2012.

Programmation sonore :

– Chanson « Réunion électorale » de Vincent HYSPA, enregistrée en 1932.

– Chanson « Gros, gras et bête » d’Agénor ALTAROCHE, écrite dans les années 1830.

– Lecture par Bruno SERMONNE d’un extrait des Châtiments de Victor Hugo (1853), dans le cadre de l’émission Poésie sur parole, le 25 avril 1997.

– « Meeting de protestation » d’Aristide BRUANT, enregistré en 1908.

– Extrait d’une conférence de Léon DAUDET en 1927 à Bruxelles.

Extrait d’un débat houleux à l’Assemblée Nationale entre François MITTERRAND et Alexandre SANGUINETTI sur la Défense et l’armement, Inter-Actualités, le 2 décembre 1964.

 

Bibliographie :

Thomas BOUCHET, Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours, Stock, 2010.

Petit dictionnaire des injures politiques, sous la direction de Bruno FULIGNI, l’Editeur, 2011.

Antoine de BAECQUE, La caricature révolutionnaire, Presses du CNRS, 1988.

Claude LANGLOIS, La caricature contre-révolutionnaire, Presses du CNRS, 2003.

– Th. BOUCHET, M. LEGGETT, J. VIGREUX et G. VERDO (dirs.), L’Insulte (en) politique. Europe et Amérique latine du XIXe à nos jours, Editions Universitaires de Dijon, coll. Sociétés, 2005.

– Charles JEANNE, présenté et commenté par Thomas BOUCHET, A cinq heure nous serons tous morts ! : sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832, Vendémiaire, 2011.

Ecouter l’émission en streaming: http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4396479

Histoire et caricature, TDC n°1029, 1er février 2012, sous la direction de Pascal Dupuy

Depuis la Réforme et la contre-Réforme au XVIe siècle, la caricature n’a cessé d’accompagner les événements historiques en Europe. Elle doit son essor au progrès des techniques de reproduction et au développement de la presse, et connaît un premier âge d’or en Angleterre au XVIIIe siècle. En France, elle fleurit surtout au XIXe siècle, avec l’émergence de plusieurs générations de dessinateurs de génie, et ce malgré les efforts de la censure. En jouant sur la métaphore, l’allusion, le sens figuré, elle constitue en effet un contre-pouvoir efficace, d’une grande force corrosive, et habile à contourner les interdits.
caricature Hitler

Couverture de TDC février 2012 "Histoire et caricature"

Sommaire:

  • Articles :

Traits pour traits, par Pascal Dupuy
Aux origines du genre, par Marial Guédron
Napoléon et la caricature, par Philippe de Carbonnières
L’Assiette au Beurre, par Michel Dixmier
Femmes croquées, par Annie Duprat
L’histoire à la rescousse, par Guillaume Doizy
« Le dessin satirique n’a rien perdu de sa force », interview de Riss

  • Etudes de documents :
Luther, Cranach et la caricature protestante, par Guillaume Doizy
Louis-Philippe, une poire célèbre, par Fabrice Erre
Daumier et la caricature sociale, par Ségolène Le Men
Touchatout et ses histoires tintammarresques, par Guillaume Doizy
14-18 : les Français vus d’Allemagne, par Jean-Claude Gardes
Une caricature d’extrême droite, par Christian Delporte
L’existentialisme vu par Jean Effel, par Hélène Duccini
De James Gillray à Steve Bell ou les dessous d’une guerre, par Pascal Dupuy