SATIROLOGIE

Groupe de Recherche sur la polémique, le pamphlet et la satire

SATIROLOGIE - Groupe de Recherche sur la polémique, le pamphlet et la satire

A propos

Satirologie, Groupe de recherche sur la polémique, le pamphlet et la satire, se fixe pour tâche de contribuer à la recherche sur toutes les formes d’écriture qui mettent en jeu une relation entre littérature au sens large et violence, entre littérature et agression, entre littérature et critique. Satirologie a pour vocation de réunir les chercheurs français et étrangers susceptibles de travailler à partir des mêmes corpus et des mêmes problématiques.

Nous nous intéressons d’abord à tous les genres littéraires qui impliquent ces liens : satire, épigramme, pasquin, comédie, libelle diffamatoire, factum, pamphlet, diatribe, graffiti…

Nous réfléchissons en outre sur les formes d’expression verbale susceptibles de donner lieu à un texte littéraire comique, satirique ou polémique : insulte, injure, invective, médisance, diffamation, rumeur, calomnie, pancarte, slogan, propagande.

Sur le plan méthodologique, nous nous appuyons en priorité sur la poétique, la rhétorique et la stylistique, mais nous recourons aussi largement aux autres sciences humaines dès qu’elles peuvent favoriser notre travail d’investigation, d’inventaire et de conceptualisation : philosophie, histoire, psychanalyse, anthropologie, sociologie, linguistique, sciences de l’information… Doté d’un site Internet, Satirologie s’efforce de faire connaître en France et à l’étranger les travaux et les problématiques de notre domaine de recherche.

Nous travaillons sur les époques passées, mais nous sommes pleinement inscrits dans la modernité. Nous cherchons à comprendre tous les usages actuels de la polémique, du pamphlet et de la satire. Ce qui nous semble essentiel, c’est l’interaction féconde entre le passé et le présent pour saisir la portée et le fonctionnement des énoncés qui mettent en jeu un rapport problématique entre la parole, la violence et l’idéologie.

Pascal Debailly, Martial Martin, Jean Vignes

Séance inaugurale du 3 octobre 2011